Les principales orientations des psychothérapies

principales orientations en psychothérapie

Les orientations des psychothérapies sont au nombre de six dans la théorie actuelle :

Les psychothérapies psychanalytiques d’interprétation

L’interprétation vise à mettre en évidence, par l’investigation analytique, le sens latent dans le discours et dans les conduites d’un sujet. L’interprétation met au jour les modalités du conflit intrapsychique et le désir qui est présent dans toute production de l’inconscient, l’interprétation est une communication faite au sujet pour le faire accéder au sens latent. Ces psychothérapies comprennent :

Les psychothérapies de prescription

Elles indiquent ou suggèrent une manière d’agir, de penser ou de se comporter. Ces psychothérapies comprennent :

Les psychothérapies d’expression

Elles permettent d’exprimer les émotions, les sentiments, le vécu corporel ou psychique au thérapeute dans le cadre de la communication qui s’établit avec lui. Dans les techniques de relaxation, l’approche est centrée sur le corps qu’il s’agit de relaxer pour alléger les tensions psychiques. Ces psychothérapies comprennent :

  • l’hypnose,
  • le psychodrame de Moreno,
  • la gestalt-thérapie,
  • la psychothérapie de Rogers,
  • les thérapies psychocorporelles (sophrologie, EFT).
Les psychothérapies de soutien

La psychothérapie de soutien est une forme apparemment simple, considérée à tort comme mineure de l’exercice de la psychothérapie que tout professionnel de santé, médecin ou non, sait implicitement utiliser dans sa formation préalable. Elle fait plus appel à la confrontation et à la clarification qu’à l’interprétation. Il s’agit d’une compréhension empirique, pragmatique et teintée d’humanisme. L’intervention directe auprès de l’entourage n’est pas exclue, et l’on peut recourir à l’explication, à l’encouragement et au réconfort.

Les psychothérapies familiales et systémiques

Bateson en 1956 a été précurseur en s’intéressant à la clinique des communications intra-familiales. Il a réalisé une sorte de synthèse entre les apports de l’éthologie, des sciences de la communication et de la cybernétique pour aboutir à la notion de système : il s’agit d’un déterminisme non réductible à la somme de ses composants. La pathologie n’est plus réduite à l’individu mais cherche à situer l’origine de la souffrance dans les dysfonctionnements sociaux et familiaux, contrairement au premier modèle de thérapie familiale qui considérait la famille comme un ensemble dont le dysfonctionnement amenait à « désigner » l’un des membres comme porteur du symptôme.

Les psychothérapies de groupe

En dehors du psychodrame et des thérapies psycho-corporelles qui font souvent appel au dispositif groupal, les psychothérapies de groupe ont été introduites par W. Bion pendant la seconde guerre mondiale en Angleterre puis très largement développées tant en Europe qu’aux États-Unis. Elles sont particulièrement indiquées en cas de pathologie complexe, non névrotique et ont connue en France un développement majeur avec D. Anzieu et R. Kaës.